Dallas Buyers Club

JEAN-MARC VALLÉE

7

Ceci est mon corps

Avec Dallas Buyers Club,  le Canadien Jean-Marc Vallée signe un septième long-métrage intéressant à plus d’un titre. En évitant les clichés, il dépeint le calvaire d’un séropositif dans le Dallas homophobe des années 1980, mais brille surtout par sa dénonciation du système médical nord-américain. Bien qu’imparfait, Dallas Buyers Club est une réussite.

Ron Woodroof est à l’hôpital depuis quelques jours seulement, et il doit déjà abandonner l’idée qu’il est maître de son corps. Sans son approbation, le service de traitement du Sida lui injecte d’obscures substances, qui ne semblent pas améliorer son état. Il va alors tenter de prendre le contrôle des événements, et de contredire des médecins déjà fatalistes.

Ron a été diagnostiqué positif au VIH. Lui, le cow-boy, homme à femmes et homophobe, touché par cette « maladie de tapettes ». Impossible. Pour donner vie à ce cauchemar, il fallait un grand acteur. Matthew McConaughey est stupéfiant. Alors que Ron ne reconnait plus son propre corps, malmené par la maladie et médecine, nous non plus ne le reconnaissons pas, et c’est bien là la preuve de la réussite de l’acteur (et de son investissement – McConaughey  a perdu plus de vingt kilos pour le rôle). En face de l’interprète texan : Jared Leto, tout aussi éblouissant en transgenre rongée par la drogue. Les deux acteurs éclipsent d’ailleurs les autres interprètes, créant ainsi un déséquilibre parfois trop pesant (on pense surtout à Jennifer Garner,  complètement inexistante).

AMF_4530 (32 of 320).NEF

Refusant de suivre le traitement prescrit par l’hôpital, Ron, déjà un pied dans le cercueil, va partir à la recherche d’alternatives moins agressives pour l’organisme. Il va ainsi mettre sur pied une pharmacie géante, où des malades du Sida pourront se procurer, en échange d’une carte d’adhérent, des médicaments efficaces, mais non-autorisés par la FDA (« Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux »). Dallas Buyers Club (inspiré d’une histoire vraie) se révèle alors extrêmement instructif et critique, en rappelant que les autorités sanitaires basent souvent leur décisions sur des critères économiques, et non pas médicaux. Maladie et souffrance peuvent être très rentables…

Parfois maladroit dans la gestion des émotions (quelques scènes « sur-sentimentalisées », destinées à nous arracher une larme, auraient pu être évitées), Jean-Marc Vallée évite tout de même de nous servir un film facile, où le héros macho confronté au Sida changerait sa vision du monde et se repentirait de ses péchés. Ron Woodroof reste Ron Woodroof. Il mourra 7 ans après avoir été diagnostiqué comme porteur du VIH. Les médecins lui avaient donné 30 jours.

9

DALLAS BUYERS CLUB

États-Unis (2013). 1h57. Réal. : Jean-Marc Vallée. Scén. : Craig Borten, Melisa Wallack. Prod. : Robbie Brenner, Rachel Winter. Dir. photo. : Yves Bélanger C.S.C. Mont. : John Mac McMurphy, Martin Pensa. Déc. : John Paino. Cost. : Kurt and Bart. Cie de prod. : Truth Entertainment, Evolution Independent. Int. : Matthew McConaughey (Ron Woodroof), Jennifer Garner (Dr. Eve Saks), Jared Leto (Rayon), Steve Zahn (policier / Tucker), Denis O’Hare (Dr. Sevard), Michael O’Neill (Richard Barkley), Dallas Roberts (David Wayne), Griffin Dunne (Dr. Vasse), Kevin Rankin (T.J.)

Publicités

3 réflexions sur “Dallas Buyers Club

  1. Tout à fait d’accord avec l’article! Un beau film, une belle performance d’acteurs, une histoire touchante.

  2. c’est vrai que la relation amicale entre les personnages de McConaughey et Leto est peu vraisemblable. Dommage que je n’aie pas pu croire au personnage de Ron qui devient plus humain à cause de sa maladie: trop de stéréotypes peut-être? Très bon thème cependant, un peu trop ‘américain’ à mon gout!

    • J’ai trouvé au contraire que Ron ne changeait pas « exagérément » suite à sa maladie. Il reste le même, et ça évite au personnage de tomber la « rédemption » convenue.
      Un « thème trop américain » ? Voilà une remarque intrigante…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s