Tom à la ferme

Xavier Dolan

tom 3

Échappe-moi si tu peux

Le calendrier a bien fait les choses : alors que Mommy, le dernier film de Xavier Dolan, est en compétition au Festival de Cannes, Tom à la ferme sort sur nos écrans. Cette double gâterie reflète à merveille la bouillonnante créativité d’un cinéaste qui a réalisé six longs métrages en cinq ans de carrière. Œuvre magistralement angoissante, Tom à la ferme vient confirmer le talent (parfois capricieux) de Xavier Dolan.

Tom se rend aux funérailles de son petit ami Guillaume, qui vient de perdre la vie dans un accident de voiture. Alors qu’il loge chez la mère de ce dernier, il va faire la connaissance de son frère aîné Francis, authentique redneck à l’ouverture d’esprit plus que douteuse, et bien décidé à ce que personne ne découvre l’homosexualité de son frère disparu.

Dès la première scène, habilement menée, une ambiance pesante s’installe. Tom, sous un ciel gris menaçant, arrive en voiture sur la propriété de la mère de son petit-ami. L’endroit est vide. Pas une âme. Les tumbleweeds pourraient presque traverser le cadre. Tout peut arriver, et à n’importe quel moment.

1

Cette maîtrise du suspense, qui se confirme tout au long du film, rappelle indéniablement Hitchcock. Xavier Dolan utilise même un champ de maïs comme décor de la scène la plus haletante du film, comme pour mieux rendre hommage au réalisateur de La Mort aux trousses (North by Northwest, 1959) et s’approprier les codes du genre.

Alors que la harcèlement de Tom par Francis semble destiné à finir brutalement et tragiquement, une subtile ambiguïté s’installe, permettant alors au suspense de s’élargir, et lui donnant la possibilité de déboucher sur de multiples rebondissements. Tom, qui veut d’abord fuir le plus vite possible, semble petit à petit vouloir s’infliger la souffrance de rester. On est presque dans le syndrome de Stockholm. Tom ne sait plus. Le spectateur n’a plus de certitude, et se retrouve à la merci du film.

Claustrophobe et oppressant au possible, Tom à la ferme se révèle être une œuvre complexe, et dévoile une facette encore inconnue du talent de Xavier Dolan. De quoi attendre avec impatience la sortie en salle de Mommy, le 8 octobre prochain.

tom 4

TOM À LA FERME

Canada/France (2012). 1h42. Réal. : Xavier Dolan. Scén. : Michel Marc Bouchard et Xavier Dolan, d’après la pièce Tom à la ferme de Michel Marc Bouchard. Photo. : André Turpin. Mont. :  Xavier Dolan. Déc. :  Colombe Raby, Pascale Deschênes. Son : Sylvain Brassard. Mus. : Gabriel Yared. Prod. : Xavier Dolan, Charles Gillibert, Nathanaël Karmitz, Carole Mondello. Cie de prod. : Sons of Manual, MK2 Productions. Int. : Xavier Dolan (Tom), Pierre-Yves Cardinal (Francis), Lise Roy (Agathe), Évelyne Brochu (Sara), Manuel Tadros (le barman), Jacques Lavallée (le prêtre), Anne Caron (le docteur).

Publicités

2 réflexions sur “Tom à la ferme

  1. Pingback: Top ten 2014 | Blog de cinéma.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s