Projet Almanac

Dean Israelite

Nausée

a) Une flopée d’adolescents invente une machine à remonter le temps (oui, je sais, ça commence mal). b) Ils l’utilisent d’abord pour s’éclater et gagner au loto. c) Ils découvrent ensuite l’effet papillon (ou une version prépubère du phénomène) et tentent de réparer le bazar qu’ils ont laissé un peu partout. d) Le cinéma a mal.

Certains films sont faits pour amuser les adolescents, et il n’y a rien de mal à cela (parfois). Il vaut mieux voir Projet Almanac comme l’un de ceux-là, car si l’on commence à croire que Dean Israelite s’est pris au sérieux, et que son film a des prétentions autres que de faire marrer les élèves de 4e, il devient trop difficile de l’épargner.

Derrière l’intrigue (je ne commenterai pas ici le scénario), le film consiste surtout à montrer des lycéens qui s’amusent avec un joujou super fun, le tout sur une esthétique de clip de musique techno, et avec des filles qui ne sont là que pour montrer leurs décolletés. Suffisant pour certains ados ? Pas si sûr…

Difficile de faire un bon film quand le modèle assumé (en tout cas on l’espère) est déjà un film moyen : L’Effet papillon (Eric Bress, J. Mackye Gruber, 2004). Seulement voilà, les quelques bonnes idées de l’original ne sont pas exploitées ici. L’ennui guette. Projet Almanac est long, très long. Censé être filmé « artisanalement » avec une modeste caméra de poing, la qualité d’image est pourtant irréprochable, et les retouches trop nombreuses. Il ne faudra pas plus de 10 minutes pour que les mouvements de caméra vous donnent la  nausée.

Dur de trouver des qualités, donc, dans Projet Almanac. Les blagues tombent toutes à l’eau, les moments de réflexions sont ratés, tout comme les scènes sentimentales. C’est simple : on ne croit à rien, dans ce film. Le cinéma étant fait pour tout le monde, espérons tout de même que certains trouveront ici leur bonheur…

PROJET ALMANAC

PROJECT ALMANAC

États-Unis (2014). 1h47. Réal. : Dean Israelite. Scén. : Jason Pagan, Andrew Stark. Dir. photo. : Matthew J. Lloyd. Cost. : Mary Jane Fort. Son : Joe Dzuban. Mont. : Martin Bernfeld, Julian Clarke. Prod. : Michael Bay, Andrew Form, Bradley Fuller. Cie de prod. : Insurge Pictures, MTV Films, Paramount Pictures, Platinum Dunes. Dist. : Paramount Pictures.

Int. : Jonny Weston (David Raskin), Sofia Black D’Elia (Jessie), Allen Evangelista (Adam), Virginia Gardner (Christina), Sam Lerner (Quinn Goldberg).

Publicités

Une réflexion sur “Projet Almanac

  1. Pingback: Février en bref | Blog de cinéma.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s